La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 16h00 05 62 95 03 43
logo Biocoop
Biocoop Bric à Vrac
Mes courses en ligne

Interview de Julie Stoll : Le commerce équitable au secours du climat

Interview de Julie Stoll : Le commerce équitable au secours du climat

Le 21/12/2020

Victimes directes du dérèglement climatique, les agriculteurs peuvent aussi être acteurs pour l’enrayer. Julie Stoll, déléguée générale de Commerce équitable France, collectif des acteurs nationaux du commerce équitable, nous en dit plus. Troisième et dernière prise de parole pour éclairer l'engagement de Biocoop et de ses partenaires en faveur du climat.

 

Victimes directes du dérèglement climatique, les agriculteurs peuvent aussi être acteurs pour l’enrayer. Julie Stoll, déléguée générale de Commerce équitable France, collectif des acteurs nationaux du commerce équitable, nous en dit plus. Troisième et dernière prise de parole pour éclairer l'engagement de Biocoop et de ses partenaires en faveur du climat.

  

Propos recueillis par Anne Boineaux

   

« En rééquilibrant les échanges commerciaux, le commerce équitable permet aux agriculteurs d’investir dans des stratégies d’adaptation aux dérèglements climatiques et de tendre vers une production bas carbone. » Photo ©DR

   

Le commerce équitable peut-il agir sur le climat ?

    

Notre modèle agro-industriel est à bout de souffle et les producteurs, sous pression constante, au Sud comme au Nord. Les secteurs de l’agriculture et de l’alimentaire, premières causes de déforestation dans le monde, sont également responsables d’un quart des émissions de gaz à effet de serre, selon la FAO.
   
Souvent pointés du doigt, les producteurs sont avant tout les premiers impactés par le changement climatique. Mais face aux géants de l’alimentaire, ils peinent à faire évoluer leurs modes de production.
      
C’est là que le commerce équitable peut inverser les tendances : en rééquilibrant les échanges commerciaux, il leur permet d’investir dans des stratégies d’adaptation aux dérèglements climatiques et de tendre vers une production bas carbone.

    

  

Concrètement, ça donne quoi ?

  

Le commerce équitable offre aux producteurs des débouchés commerciaux sur la durée, à un prix juste. Il les aide à constituer des coopératives. Résultat, une sécurité économique et une force d’action qui leur permet d’investir dans des modes de production plus résilients face au changement climatique, de se convertir au bio, d’échanger les bonnes pratiques.
 
Au Sud, de nombreuses plantations de café et de cacao, labellisées commerce équitable, ont fait le choix du bio et de l’agroforesterie : les arbres protègent les cultures du soleil, fertilisent la terre et maintiennent la biodiversité. Un bel équilibre !

 

 

En France, que fait-on ?

  

Des groupements de producteurs comme Biolait ou Ferme de Chassagne, spécialisée dans les céréales et les légumineuses, sociétaires de Biocoop, se sont tournés très tôt vers l’agroécologie. Ils préservent l’équilibre des écosystèmes en plantant des haies ou des variétés anciennes.
 
Ils ont également facilité les conversions en bio de nombreux producteurs. De nouvelles filières suivent depuis que le commerce équitable a été reconnu comme universel par la loi sur l’économie sociale et solidaire en 2014. Ça a donné un nouvel élan aux filières.

  

  

Alors, on mange quoi ?

   

Équitable bien sûr ! Selon plusieurs scénarios prospectifs (notamment le Projet TYFA « Réussir la transition agroécologique en Europe » ; ou IDDRI et Scénario Afterres2050, Solagro), il est possible de nourrir tous les Français avec les pratiques de l’agroécologie.
  
Mais nous, consommateurs, devons également être attentifs. Rééquilibrer nos assiettes en privilégiant les fruits et légumes, les légumineuses et les céréales, de la viande issue de systèmes herbagers, en petite quantité. Commerce équitable France milite pour changer non seulement les échanges commerciaux, mais aussi les mentalités. C’est un engagement citoyen tripartite : producteurs, distributeurs et consommateurs doivent coopérer pour « sauver » le climat.
 
Chaque année en mai, la Quinzaine du commerce équitable permet de sensibiliser.

   

Retrouvez l’article Coopéractifs au sujet du commerce équitable, dans le n° 111 de CULTURESBIO, le magazine de Biocoop, distribué gratuitement dans les magasins du réseau, dans la limite des stocks disponibles, ou à télécharger sur le site de Biocoop.

Retour